Logo Etrepaye.fr
FR | EN
Outils, méthodes, formations et services
Pour savoir se faire payer par ses clients

La Valeur corporelle nette



La Valeur Corporelle Nette (VCN) est un indicateur particulièrement pertinent pour évaluer la valeur réelle au bilan d'une entreprise et peut être utilisé dans l'analyse crédit notamment pour pour valider le niveau d'encours qui lui est accordé.

Par exemple, il peut être stipulé dans les procédures crédit de l'entreprise que la limite de crédit accordée aux client ne peut dépasser xx% de la VCN.
valeur corporelle nette

En effet, la VCN répond au besoin évident, mais pas si simple à obtenir, de connaître la valeur intrinsèque d'une entreprise en se basant sur ce qui est matériel, c'est à dire ce qui peut être transformé en argent comptant en cas d'une cessation de l'activité qui aboutirait à la "réalisation de l'actif" (vente des immobilisations, du stock et paiement des créances) et au paiement des dettes auprès des tiers (banques, fournisseurs, impôts...etc.).
La VCN est un concept très terre à terre. On exclue dans le calcul toutes les valorisations immatérielles, c'est à dire l'actif incorporel : les brevets, frais d'établissement, fonds de commerce, licences et tout autres biens immatériels que l'entreprise peut posséder.

Calcul de la valeur corporelle nette

Pré-requis indispensable à toute évaluation de la VCN, il est nécessaire de s'assurer que le bilan est représentatif de la réalité financière de l'entreprise. Si ce n'est pas le cas, la VCN sera biaisée et conduira à une fausse évaluation de la valeur de l'entreprise.

Par exemple, si la valeur du stock est surévaluée (valorisation dans le bilan de stock mort), la VCN sera également fausse (voir les pièges du bilan). Ce principe est vrai pour tout écart de valorisation des postes d'actif du bilan (immobilisations corporelles, créances...etc.) par rapport à la réalité.

Pourquoi exclure les actifs incorporels de l'analyse crédit

Les actifs incorporels étant immatériels et non quantifiable (les disponibilités sont également immatériels mais parfaitement quantifiables), ils sont sujet à subjectivité dans de larges proportions. En effet, comment définir de manière rationnelle la valeur d'un fonds de commerce ou d'un brevet ? C'est extrêmement difficile car leur valeur réelle dépend de données externes à l'entreprise qui évoluent très rapidement.

Par exemple, un brevet peut avoir une certaine valeur pendant quelques mois et devenir du jour au lendemain obsolète. La valeur du fond de commerce peut varier en fonction de nombreux critères : contexte concurrentiel, croissance du marché, positionnement.
Conséquence de cette subjectivité, la valorisation des immobilisations incorporelles varie en fonction de la stratégie de l'entreprise. Elles vont gonfler si le dirigeant souhaite vendre sa société, elles diminueront si celui-ci veut réduire son résultat net.
Par ailleurs, le principe d'une analyse crédit est de déterminer quelles sont les capacités d'une entreprise à payer ses factures dans quelques mois. Or, les immobilisations incorporelles sont difficilement monnayables et ne renforcent donc pas la solvabilité d'une entreprise à court terme.
Le principe de la valeur corporelle nette n'est pas de nier les valeurs incorporelles d'une société qui sont, dans la plupart des cas une réalité, mais de les mettre de coté car elles n'aideront pas l'entreprise à honorer ses dettes.

Mode de calcul de la VCN

Total de l'actif - immobilisations incorporelles (actif) - total des dettes (passif)

bilan VCN

Analyse crédit et Valeur Corporelle Nette

Une fois la VCN calculée, qu'en faire ?

Tout d'abord, la VCN seule ne suffit pas à réaliser une analyse financière solide. De nombreux autres éléments doivent être pris en compte en exploitant le compte de résultat et le bilan.

Néanmoins, la VCN nous renseigne sur la surface financière de notre client. En tant que prêteur (un délai de paiement accordé à son client équivaut à un crédit), nous devons nous poser la question suivante : combien puis-je prêter à cette entreprise ?

La VCN joue un rôle de pivot dans la réponse à cette question : il ne fait pas de sens d'accorder à son client une limite de crédit supérieure à 100% de sa VCN. 80% est également beaucoup trop élevé.

 Conseil  : ne jamais définir un limite de crédit dépassant 50% de la VCN, ce qui est déjà considérable.

A chacun de définir une règle qui fera office de repère dans la détermination de la limite de crédit. L'outil de calcul des limites de crédit développé par Etrepaye.fr pondère le % "autorisé" de VCN en fonction de plusieurs critères complémentaires.

Ce % varie en fonction des cas. Par exemple, si le client analysé a de graves problèmes de trésorerie, il sera très risqué de lui accorder un encours égal à 50% de sa VCN car de fournisseur vous risquez de devenir son principal bailleur de fonds dont il ne pourra plus se passer. Vous ne pourrez plus vous désengager et serez face à un dilemme cornélien :

  • Annuler ou réduire la ligne de crédit, ce qui peut le pousser à la cessation de paiement, ce qui aboutira à un impayé,
  • Continuer de l'accompagner en acceptant des retards de paiement avec le risque que malgré cette aide il dépose le bilan et génère ainsi des impayés très importants pour ceux qui l'auront (trop) soutenu.
Par ailleurs, il peut être possible d'accorder une limite de crédit représentant 50% de sa VCN à une petite société qui dispose d'une excellente structure financière et une trésorerie souple.
L'analyse crédit comporte intrinsèquement une part de subjectivité. L'utilisation de la Valeur Corporelle Nette ne change pas ce postulat. Néanmoins, elle représente un indicateur pertinent qui, ajouté aux autres éléments d'analyse, permet de se faire une idée cohérente et réaliste d'une entreprise. Elle procure un repère essentiel dans la détermination de l'encours accordé à son client.

Suivant (Les ratios clés du bilan)
 





Commentez cet article !

Votre nom
Votre email (non publié)
Votre commentaire
Combien font 8 multiplié par 10

Derniers commentaires

Pour le scoring , j'ai développé une grille personalisée , sauf que je ne sais pas comment interpréter les résultats obtenus, j'aimerai à travers mon étude, de calculer le risque de défaillance, l'encours limite à accorder et le mode de règlement
De :psh

Bonjour, félicitations et merci pour votre travail. Une question à propos de cet article : pourquoi retranchez vous la dette totale dans votre calcul de la VCN. Ce mélange "actif/passif" me trouble ! Merci pour votre réponse si vous avez deux minutes et bonne suite à vous. Bien cordialement.

NDLR : Bonjour, merci pour votre commentaire. L'objectif de la VCN est de valoriser la valeur intrinsèque d'une entreprise. Par conséquent, les dettes ne sont pas prises en compte car si elles contribuent à financer l'activité elles n'appartiennent pas par nature à l'entreprise. La VCN est donc une valorisation des fonds propres retraités de ce qui est incorporel.

De :Calvin

outils à télécharger
Recouvrement
My DSO Manager
Inscription
Pas encore inscrit ? L'abonnement permet le téléchargement et l'utilisation illimitée de tous les outils d'Etrepaye.fr.
Réseaux sociaux
Retrouvez Etrepaye.fr sur vos réseaux sociaux préférés :
Blog
Toute l'actualité du recouvrement et du crédit management
Paroles d'Experts
Retrouvez les derniers articles de spécialistes du recouvrement et du crédit management
Avis d'utilisateurs

Merci pour ce formidable travail que vous faites !