Crise de la dette, quels impacts pour les entreprises ?

Effets de la crise de la dette sur les relations entre entreprises et la gestion du poste clients (credit management)

Nous vivons actuellement le second acte de la crise financière commencée en 2008.

Si l’endettement des ménages américains a été le déclencheur d’une réaction en chaîne difficilement jugulée en 2009 et 2010, le problème de fond, l’endettement démesuré de l’occident, n’a pas été résolu, bien au contraire.

Pour contrer les effets de la crise économique, les états ont soutenu les banques en difficultés et financé des plans de relance très couteux, sans en avoir les moyens.

Ils ont du recourir aux marchés pour financer la hausse des dépenses, augmentant ainsi la dette publique de manière considérable.

En France, elle représentait 82% du PIB fin 2010 contre 64% en 2007. La charge de la dette représente 14% des dépenses de l’état (premier poste du budget) pour une valeur de plus de 45 milliards d’euros.

Plus la dette augmente, plus la charge de la dette augmente, privant ainsi l’Etat de ses ressources financières. L’intégralité de l’impôt sur le revenu est consacrée au paiement des intérêts de la dette, ce qui représente, soit dit en passant, une belle injustice sociale pour le contribuable...

Seul le retour d’une croissance forte permettrait de stopper ce cercle vicieux. Or, celle-ci est aux abonnés absents et il est fort probable qu’elle le reste dans les années à venir.

En effet, à force d’endettement, ce sont les états eux-mêmes qui deviennent insolvables, ce qui peut générer un enchainement systémique incontrôlable pour les banques et l’ensemble des acteurs économiques.

L’agitation actuelle autour de cette « crise de la dette » concerne essentiellement des préoccupations à court terme (financement auprès des marchés financiers, bricolage pour la Grèce…etc). Qu’est-il fait pour solutionner le problème de fond qui, s’il n’est pas résolu, nous mène dans le mur ? Rien ou si peu !

Aujourd’hui comme hier l’endettement des pays occidentaux ne fait que croître, leur ôtant davantage chaque jour qui passe les moyens d’agir et les capacités de se passer de « nouvelle dette ». Les politiques d’austérité qui commencent malgré tout à naître vont contribuer à ralentir la croissance ce qui limitera d’autant les recettes fiscales et risque fort d’amener de l’agitation sociale et politique.

Le risque de faillite d’états majeurs est réel. Reste à savoir sur quelle échelle temps ? 6 mois, 6 ans ? Il est très difficile de le prévoir. Mais le processus d’endettement démarré à la fin des années 70 risque probablement d’aller à son terme.

Quelles conséquences pour les entreprises ?

Cette situation macro-économique est très défavorable à l’établissement d’une période prospère pour les entreprises. Les risques sont multiples :

Baisse des investissements publics, difficultés des banques, banqueroutes d’Etats, hausse du chômage, tensions inflationnistes sur les matières premières, risques sur l’euro…sont autant de facteurs qui vont peser sur l’économie donc sur les entreprises.

Le niveau de défaillances d’entreprises, déjà très élevé, risque de repartir à la hausse. Les retards de paiement interentreprises risquent d’augmenter sous le poids des tensions de trésorerie, pénalisant le besoin en fonds de roulement de celles qui se portent bien.

Les entreprises françaises, chroniquement sous-capitalisées, ne sont pas les mieux armées pour affronter ce type de situation.

Intégrer durablement les principes du Credit Management dans votre entreprise est l’unique parade pour faire face à ces risques majeurs et éviter d’être pénalisé par des impayés clients.
Date: - Auteur :


Commentez cet article !

Ne pas renseigner de données sensibles
Les commentaires font l'objet d'un contrôle de l'éditeur avant leur publication

Outils à télécharger

Outils en ligne

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous pour profiter du téléchargement et de l'utilisation illimitée de tous les outils d'Etrepaye.fr.
Retrouvez Etrepaye.fr sur les réseaux sociaux
EtrePaye.fr sur Facebook EtrePaye.fr sur Twitter EtrePaye.fr sur LinkedIn