Logo Etrepaye.fr
FR | EN
Outils, tutoriels, méthodes et services
Pour savoir se faire payer par ses clients

Risque crédit, qui décide


risque créditVous avez obtenu des informations comportementales et financières sur votre client. Vous les avez mises en perspective avec les enjeux commerciaux et les conditions contractuelles : délais et moyen de paiement, limites de responsabilités, garanties (au sens large du terme), ... .

Sur la base de cette analyse, vous avez éventuellement influé sur la négociation commerciale afin de sécuriser d'avantage cette opportunité de chiffre d'affaire. Au bout du compte subsiste un risque que vous avez évalué.
La question résiduelle est "qui décide ?"
Qui décide de prendre ce risque et de prendre la commande, ou au contraire de la refuser pour être sur de ne pas exposer son entreprise à un impayé ?

Un choix cornélien entre intérêts antagonistes

La décision de vendre avec un délai de paiement, donc d’accorder un crédit à son client est un des enjeux majeurs du Credit Management et de la gestion du poste clients. Le sujet est délicat car tout impayé a pour origine ce choix fait lors de la négociation commerciale. Il est donc question de responsabilité quand à l’engagement de son entreprise avec son client et des enjeux commerciaux qui en découlent.

Bien sur, le risque crédit peut (doit) être évalué avec les techniques d’analyse financière, d’évaluation du comportement de paiement du client potentiel (cette société respecte t-elle ses engagements ?), d’appréciation des risques commerciaux (risque politique, risque de change, transferts et limites de responsabilités…etc.).

Il peut ensuite être réduit en ayant recours à des clauses contractuelles protégeant le vendeur (réserve de propriété, clause de déchéance du terme, clause de suspension…etc), à des conditions de paiement plus avantageuses (systématisez la demande d’acomptes à la commande !) ou encore à des garanties bancaires ou des assurances crédit.

Cependant, le contexte commercial et la réalité de la relation commerciale ne permettent pas toujours de couvrir les risques identifiés. Arrive un moment où il faut faire un choix : vendre en prenant un risque ou refuser le risque et ne pas vendre.
A ce stade, les commerciaux et les financiers n’ont pas toujours la même opinion sur la stratégie à adopter !
C'est dans cette situation que le credit manager prend toute sa mesure en fusionnant intérêts commerciaux et financiers pour n'en faire ressortir que celui de l'entreprise.

Un principe clé : conserver sa liberté de décision

Loin est le temps où les responsables du crédit client (terme souvent employé avant que celui de credit management ne s'impose) passaient la moitié de leur temps à rencontrer les clients pour obtenir des informations financières et négocier des conditions de paiement adaptées.

Le besoin d'être beaucoup plus productif et l'arrivée de nouveaux outils toujours plus connectés ont fait évoluer ces pratiques.
Le credit manager, s'il continue de visiter certains clients stratégiques, s'appuie sur des partenaires spécialisés tels que des fournisseurs d'informations financières, assureurs crédit, sociétés d'affacturage, de recouvrement, ... etc.
Il perd ainsi en proximité du client et du commerce mais gagne énormément en efficacité et souvent en pertinence des informations récoltées.
Le risque est que cela aboutisse à une forme de délégation de la décision crédit à un de ses partenaires, ce qu'il faut à tout prix éviter.
  • My DSO Manager

    Gérer le risque client grâce à My DSO Manager

    My DSO Manager est un logiciel web permettant de gérer simplement et efficacement le poste client de votre entreprise : recouvrement de créances, gestion des litiges, gestion du risque, ... etc.

    Facile à mettre en place et ergonomique, cette solution est utilisée par des TPE - PME comme par des grands groupes internationaux.

    Utilisez les outils d'analyse crédit ainsi que le worflow de validation des limites de crédit se basant sur des niveaux de validation prédéterminés.

    Le rapport risque et les alertes permettent d'obtenir une vision synthétique des encours par rapport aux limites de crédit et de mettre en évidence les comptes clients en dépassement.

    Le logiciel permet également de récupérer automatiquement de l'information sur vos clients en provenance de plusieurs fournisseurs d'information financière. En voir plus avec la démo en ligne.

Quelques pièges à éviter

Par exemple, le recours à l’assurance-crédit ou à un fournisseur d'informations financière peut dans certains cas avoir un effet imprévu sur le comportement des entreprises concernant la gestion du risque client.

En effet, l’assurance-crédit apporte plusieurs services dont deux nous intéressent particulièrement ici :
  • L’octroi de garanties (par exemple, une garantie de 15 000 euros sur le client X),
  • L’évaluation de la solvabilité de l’acheteur à travers le montant de garantie accordé : si l’assureur accorde une garantie sur un acheteur, c’est précisément parce que son analyse est bonne…ou mauvaise si ce n’est pas le cas.
Ce fonctionnement crée parfois une dépendance à l’assureur. On n’ose pas prendre une décision contraire à celle de l’assurance-crédit et il se développe ainsi une gestion du risque déléguée : les décisions crédit de l’assuré sont en réalité celles de l’assureur, ce qui n'est pas souhaitable.

En effet, les assureurs crédit ont comme toute entreprise leurs propres contraintes qui ne sont pas celles de l’assuré. Par exemple, celle du cumul de garanties accordées à plusieurs assurés sur une seule entreprise limite leur capacité d’octroi de garanties supplémentaires. Le premier demandeur est généralement mieux servi que le dixième !

Un client stratégique pour une PME n’est qu’une entreprise parmi des millions d’autres dans le portefeuille d'un assureur ou d'un fournisseur d'information financière. Le nombre très élevé d'entreprises à couvrir contribue à un certain conservatisme des arbitres qui vont fixer le curseur du risque acceptable à un niveau plus faible que ne le feraient leurs clients. 
Ces sociétés de services peuvent être des partenaires importants et de qualité mais elles ne sont que des partenaires, pas les décideurs des décisions commerciales de leur client (elles n'en demandent pas tant) qui doit garder son autonomie en ayant conscience de ces réalités.
Ce principe est également vrai pour les fournisseurs d'informations financières de masse (à distinguer des enquêtes sur mesure), qui ont en base de données des millions d'entreprises. Comment être sûr que l'information procurée sur votre client stratégique est de première ordre ?
Autre mauvaise pratique, celle consistant à être satisfait d’obtenir une commande et qui consiste à ne rien faire concernant la gestion du risque client. De cette méthode découle un sentiment de fatalisme et d’injustice face à l’impayé. Cette pratique, ou plutôt cette absence de pratique de gestion du risque est fréquente parmi les PME /PMI, soit précisément celles qui ne peuvent pas se permettre «d’encaisser » un impayé. Dans ce cas, il n’y a tout simplement pas de décision prise. La commande est prise et pour le reste : Alea jacta est.

Le risque crédit au cœur du Credit Management

Si les pièges décrits ci-dessus ne sont pas satisfaisants, voici quelques pistes pour aller dans la bonne direction.

Le premier principe de base, essentiel, est que la validation du risque crédit relève uniquement de l'entreprise : comptabilité client, direction fiancière ou service credit management s'il existe, et de sa ligne hiérarchique jusqu’au sommet de l’entreprise.

Second principe, le service en question est placé sous la direction financière ou la direction générale. Il collabore étroitement avec les commerciaux mais il ne fait pas parti du service commercial. Voir le tutoriel concernant le positionnement du credit management.

Troisième principe, il travaille avec des partenaires externes (sociétés de renseignements financiers, assureurs-crédit, banques…etc.) pour évaluer le risque et le réduire mais il ne délègue pas sa « décision crédit » à un tiers.

Quatrième principe,  la prise de risque est concertée et validée par le niveau approprié.

Conclusion

La décision d’accorder du crédit à un client est donc une décision exclusivement interne à l’entreprise. A elle de définir une stratégie de credit management et des règles de fonctionement qui ne la mettent pas en péril tout en lui permettant de développer son chiffre d’affaires et de prévoir un schéma d’approbation des cas qui ne rentrent pas dans sa politique de base.

Plus le risque crédit est élevé, plus la validation de cette prise de risque doit être concertée entre les parties prenantes (commerce et finance) et la direction générale.

La mise en place de niveaux de validation permet à la fois de partager l'information (et l'analyse crédit effectuée) et que la décision soit prise au bon niveau hiérarchique par rapport aux enjeux.


Outils à télécharger:




Commentez cet article !


Votre nom:
Votre commentaire:
Votre email (non publié) :
Combien font 13 3 ?

Articles liés

Gérer le risque à l'export
Comment gérer le risque crédit à l'export ? Quels outils de sécurisations utiliser ? Explications sur les avantages et inconvénients du crédit documentaire ou de la lettre de crédit standby

La gestion du risque dans My DSO Manager
Comment gérer le risque crédit dans MY DSO MANAGER avec les outils de scoring, d'analyse crédit et de limite de crédit


My DSO Manager
Inscription
Pas encore inscrit ? L'abonnement permet le téléchargement et l'utilisation illimitée de tous les outils d'Etrepaye.fr.
Avis d'utilisateurs

Encore bravo, de nous faire profiter de votre travail et des expériences accumulées.

Réseaux sociaux
Retrouvez Etrepaye.fr sur vos réseaux sociaux préférés :